THERAPIE DE L’ÂME : LA BONNE PILULE ?

"Le désespéré" de Gustave Courbet

“Le désespéré” de Gustave Courbet

Selon le corps médical et les lobbies des industries pharmaceutiques, un médicament psychoactif permet d’atténuer ou de faire disparaître une souffrance psychique : anxiété, dépression, troubles délirants…
Ce type de médicament que je qualifierai de « somnicament » c’est-à-dire, une substance chimique permettant à l’individu de mettre en « sommeil » son état psychique dysfonctionnel déclenché par des situations issues de la dure réalité de la vie, est susceptible de l’amener à ne se poser aucune question – dans le temps – sur la réalité fondamentale de son état mental et par voie de conséquence de sa ou ses cause(s) initiale(s) réelle(s).

La patient devient alors dans le moyen, long terme un « sujet au long cours » pour lequel le système médical et/ou psychiatrique lui apporte immédiatement une réponse, en lui prescrivant des pilules chimiques « miracle », véritables remparts contre la maladie ?!… Ce corps médical ne fait que répondre à la demande du patient, mais pas à l’esprit ou à l’âme de ce dernier. Ne pas tenir compte de cette partie invisible de l’individu va entraîner immanquablement un déplacement des symptômes ou leur réapparition, jusqu’au développement de maladies très complexes parfois inguérissables.

En effet, dans la majeure partie des cas, la source des problèmes psychiques tels qu’on les connaît et qualifie aujourd’hui d’un point de vue psychologique, psychiatrique débute dans ce que l’on appelle les « maladies karmiques » (mal-être, dépression, blocages inexplicables, obsessions liées aux pouvoir, argent, jeux, alcool, drogue…, possession, absence de programme de vie…) ; ces dernières permettent de se questionner sur l’état latent de l’individu et de sa demande formulée verbalement, mais aussi, sur la demande indicible de son âme. Une maladie karmique ne vient jamais par hasard, et notamment celle des personnes qui ne se « possèdent plus ».

Ainsi, il s’avère nécessaire de changer de paradigme et considérer que la maladie, quelle que soit sa nature, comporte un message spirituel. La pathologie est de l’ordre du « manifesté » ; l’esprit étant l’unique chose qui se manifeste. La matière, donc le corps, est le support de l’expression de l’esprit.
La médecine classique ne pense pas que la maladie puisse avoir un sens, et ne cherche pas à traduire les « maux » en « mots ».

C’est pourquoi, je vous propose une guérison de l’âme, ou de l’esprit. Cela pose évidemment la question du niveau de conscience du patient qui consulte : peut-il ou a-t-il envie d’aller jusqu’au fond de son problème ? Veut- il modifier ses comportements et ses schémas de pensée afin d’évoluer sur les plans humain et spirituel donc énergétique. Le soin que je vous propose, ne dépend pas que d’un acte, mais surtout de l’état d’être intérieur de la personne.

L’amélioration subséquente au soin est en grande partie dépendante de ce niveau de conscience du patient et de sa volonté pleine et entière à opérer des changements, et n’est pas uniquement que de mon ressort en tant que psi-thérapeute, médium et prêtre exorciste.

Contacter la Révérende Marie >>>

Comments are closed.

UA-53452305-2
error: Content is protected !!